Ces derniers mois ont été bien remplis.

L'immobilier nous a tenus en haleine, et entre de nombreuses personnes charmantes qui ont demandé notre aide pour vendre leur maison et une ribambelle de nouveaux acheteurs tout aussi merveilleux et motivés, ces derniers mois ont été remplis de rires, d'un peu de nostalgie, de détermination, d'un peu d'épuisement et de beaucoup d'excitation pour les acheteurs dont les offres ont été acceptées. Mais la plus forte de toutes les émotions était un sentiment écrasant de gratitude. J'ai décidé de garder ma maison, je vous remercie tous pour votre contribution, vos commentaires et vos observations, ils ont été perspicaces et stimulants. Si tout va bien, nous aurons tous un barbecue annuel à attendre avec impatience en août prochain.

L'automne commence à s'estomper et l'odeur des feuilles mortes humides s'accompagne d'un sentiment de changement. Mais cette année est différente ; le changement n'est pas seulement dans la saison et la température. Alors que nous entrons plus profondément dans cette nouvelle situation financière mondiale, cette ère de "théorie monétaire moderne" où la masse monétaire semble illimitée et où beaucoup flottent dans des baignoires d'argent liquide, les prix augmentent partout. Nous sommes dans une nouvelle saison économique et l'inflation est un ami capricieux.

Comment cela va-t-il affecter le marché immobilier local ? Bien que je n'aie pas étudié l'économie, je lis avidement et j'écoute plusieurs heures de podcasts liés au monde des affaires chaque semaine. Qu'est-ce que j'entends ? Les prix des logements neufs vont augmenter en raison de la hausse du coût de la main-d'œuvre et des fournitures. L'augmentation des taux d'intérêt peut faire en sorte que moins de personnes se qualifient pour des prêts hypothécaires, donc moins de ventes.

La hausse des taux d'intérêt peut également avoir un impact sur le refinancement et décourager l'utilisation des lignes de crédit sur valeur nette immobilière (LDCM) pour les rénovations et l'achat d'une résidence secondaire. Les renouvellements d'hypothèques à des prix plus élevés entraîneront un certain serrage de ceinture et les propriétaires à risque pourraient devoir retourner sur le marché locatif.

Il n'y a pas que des mauvaises nouvelles... si vous disposez de liquidités suffisantes, l'achat de biens immobiliers maintenant est une bonne couverture. Si vous prévoyez d'obtenir un prêt hypothécaire, acheter avant que les taux n'augmentent davantage vous permettra d'économiser de l'argent. Les paiements supplémentaires de votre hypothèque iront directement à l'équité et aideront à garantir un paiement plus abordable au moment du renouvellement. Les nouveaux projets, tant qu'ils ne comportent pas de clause d'indexation des coûts, peuvent également être une bonne idée, vous permettant de bloquer un prix au coût d'aujourd'hui pour un achat qui ne se fera pas avant 2023.

Par-dessus tout, soyez attentif à ce qui se passe et apprenez. Certains d'entre vous se souviennent des années 80, où les taux hypothécaires étaient à deux chiffres. Si vous êtes dans la vingtaine ou la trentaine, ne pensez pas que les hypothèques à 2 % seront toujours là. Si vous envisagez d'acheter, mettez vos documents en ordre et obtenez une pré-approbation au taux d'aujourd'hui. Si le taux augmente pendant que vous cherchez, vous êtes protégé pendant quelques mois. S'il baisse, vous êtes également gagnant.

En parlant d'immobilier... les statistiques du troisième trimestre pour Montréal sont ci-dessous. Si vous voulez savoir comment se porte votre région en particulier, envoyez-moi un message et je les sortirai pour vous. Sur le terrain, les agents immobiliers disent qu'il y a moins d'offres en compétition, un peu moins de compétition lorsqu'il y a des offres multiples (ex : 3 offres au lieu de 12). L'offre est toujours très restreinte et le marché favorise toujours les vendeurs, mais beaucoup d'entre nous discutent de l'évidence des réductions de prix, des jours plus longs sur le marché et d'un plus grand nombre d'inscriptions expirées. Une partie de cette situation est sans aucun doute attribuable à la répression estivale de l'OACIQ contre les propriétés délibérément sous-inscrites pour créer de la concurrence, mais tous les changements ne peuvent pas être attribués à cela.

Personne ne s'attend à ce que le marché immobilier de Montréal bascule en faveur des acheteurs à court terme, mais les premiers signes de changement peuvent être difficiles à repérer si vous n'êtes pas immergé dans ce marché tous les jours. C'est l'une des choses pour lesquelles nous, vos agents immobiliers de confiance, pouvons vous aider.

Je me ferais un plaisir de vous envoyer d'autres statistiques, cliquez ici

 

 

Vous pensez à l'immobilier ? Nous pouvons vous aider à acheter, à vendre ou simplement à faire le point. Il n'y a aucun stress et aucune obligation. Nous sommes là pour VOUS. Cliquez ici pour nous envoyer un SMS.

 

Par Catherine Dawe